Institut Max-Planck de chimie
Grâce à la plate-forme StorNext, nous pouvons assurer la disponibilité des données et leur accès en toute transparence par les différents groupes d’utilisateurs tout au long du cycle de vie des données.
Thomas Disper
Directeur de la sécurité informatique et directeur informatique, Institut Max-Planck de chimie, Société Max-Planck

TRAITEMENT DES DONNÉES CLIMATIQUES POUR ALIMENTER LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE GRÂCE À STORNEXT DANS LES INSTITUTS MAX-PLANCK

La société Max-Planck exploite une technologie de pointe pour prendre en charge un vaste éventail d’activités de recherche scientifique. L’institut Max-Planck de chimie avait besoin de mieux gérer les données de recherche afin que les chercheurs puissent continuer à se concentrer sur leur travail au lieu de perdre du temps à gérer des problèmes techniques.

Permettre aux plus grandes équipes de chercheurs au monde de faire de nouvelles découvertes

Les chercheurs des 83 instituts de recherche de la Société Max-Planck s’intéressent à une multitude de questions scientifiques, allant du mode de fonctionnement des protéines et de la façon dont le cerveau prend en charge le langage à l’impact de l’ozone sur le climat. Attirant les meilleurs chercheurs du monde entier, les instituts Max-Planck s’intéressent à des domaines capables de susciter la recherche la plus innovante.

Une grande partie des projets de recherche menés dans les instituts Max-Planck nécessite une gestion à grande échelle des données. « Les projets scientifiques peuvent générer des quantités astronomiques de données », explique Thomas Disper, directeur de la sécurité informatique et directeur informatique de l’institut Max-Planck de chimie. « En plus de la collecte des données brutes, nous traitons les données et conservons les résultats, sans impacter la science. »

Faire face aux demandes de croissance rapide des volumes de données et d’accès simultané

Les projets de recherche peuvent rapidement atteindre les limites de capacité des environnements de stockage actuels. Par exemple, un projet étudiant l’impact du réchauffement climatique dans la forêt amazonienne en mesurant notamment les gaz à effet de serre et les particules en suspension dans l’air génère la collecte de près de 80 Go de données chaque jour. Les services informatiques doivent non seulement protéger et archiver des volumes de données en rapide augmentation mais également assurer un accès simultané aux différents groupes de chercheurs.

Déploiement de Quantum StorNext avec l’aide de microstaxx

Le service informatique a découvert la plate-forme Quantum StorNext par le biais du prestataire de services informatiques allemand microstaxx, spécialisé dans les instituts de recherche. Au terme d’une phase d’évaluation intensive, la plate-forme StorNext s’est révélée être la plus adaptée aux besoins de l’institut Max-Planck de chimie. « Notre nouvelle solution basée sur StorNext nous fournit les performances nécessaires pour prendre en charge plusieurs flux de données en parallèle, ce qui élimine tout problème de goulets d’étranglement », déclare Thomas Disper.

Faire face à l’augmentation exponentielle du volume de données

La plate-forme StorNext, en association avec la solution de stockage primaire de Fujitsu, a permis au service informatique de faire évoluer rapidement sa capacité de stockage. « StorNext nous permet de fournir une capacité bien supérieure rapidement et facilement », annonce Thomas Disper. « Nous n’avons pas besoin d’imposer des limites de stockage des données aux équipes de chercheurs et il suffit de quelques heures pour mettre en place des solutions de stockage pour les nouveaux projets. »

Favoriser un accès flexible aux données

La plate-forme StorNext fournit un système de fichiers partagé permettant à de nombreuses équipes de recherche d’accéder simultanément aux données. « Grâce à la plate-forme StorNext, nous pouvons assurer la disponibilité des données et leur accès en toute transparence par les différents groupes d’utilisateurs tout au long du cycle de vie des données », explique Thomas Disper. En fournissant des performances robustes et une capacité de stockage considérable, la plate-forme StorNext a contribué à réduire la nécessité pour les groupes de recherche d’acheter et de maintenir leurs propres environnements de stockage.

Protection de la recherche à long terme

Grâce à la plate-forme de gestion des données StorNext multiniveau et à la librairie Quantum Scalar i6000, le service informatique peut protéger les données de recherche de manière automatique et continue en arrière-plan.

Les capacités EDLM (Extended Data Life Management) régies par des règles de Quantum permettent d’éviter les pertes de données sur les bandes. « Lorsque les bandes sont stockées sur des étagères, elles risquent de se détériorer et de ne plus être exploitables. Le logiciel EDLM vérifie régulièrement les données et les copie sur de nouvelles bandes en cas de problème. Nous pouvons ainsi garantir que les chercheurs pourront continuer à accéder aux données dans les années à venir. »

Lever les obstacles à la recherche

Grâce à la mise en œuvre de la plate-forme StorNext, l’institut Max-Planck de chimie est mieux préparé pour affronter l’avenir. « Nous sommes désormais suffisamment flexibles pour faire face à de soudaines évolutions des besoins des chercheurs », explique-t-il. « Nous pouvons augmenter la capacité ou le débit de données dès que nécessaire. »

Les chercheurs peuvent avancer sur leurs travaux sans avoir à se soucier de la technologie sous-jacente. « Grâce à la plate-forme StorNext, nous avons levé les obstacles à la recherche. Associée aux services de conception de solutions, de gestion de projets et de mise en œuvre de microstaxx, la solution Quantum répond parfaitement à nos besoins. »

Principaux avantages

  • Solution évolutive capable de prendre en charge l’accroissement du volume de données et de lever les limitations des projets de recherche scientifique
  • Accès simultané aux données pour les nombreux chercheurs travaillant en parallèle
  • Suppression de la nécessité de disposer de systèmes disparates et possibilité pour les chercheurs de se concentrer sur leurs travaux
  • Protection et archivage des données de recherche essentielles pour assurer un accès permanent aux données

À propos de l’institut Max-Planck de chimie

L’institut Max-Planck de chimie a été fondé en 1912 à Berlin sous le nom d’institut Kaiser-Wilhelm de chimie et est basé à Mayence depuis 1949. Il emploie aujourd’hui près de 300 personnes, réparties en cinq départements et groupes complémentaires. Il porte également le nom d’institut Otto-Hahn en l’honneur de son ancien directeur et président de la société Max-Planck. L’institut Max-Planck de chimie mène des recherches sur le système terrestre et les processus chimiques dans l’atmosphère ainsi que sur les interactions entre l’air, l’eau, la terre et l’espèce humaine. Les scientifiques effectuent des expériences en laboratoires et collectent également des échantillons et des données lors de campagnes de terrain au moyen d’avions, de bateaux et de véhicules terrestres. Les travaux pratiques sont complétés de modèles mathématiques qui simulent les processus chimiques, physiques et biologiques de l’échelle moléculaire à l’échelle planétaire. L‘objectif est de déterminer, par exemple, si et comment la pollution de l’air affecte l’atmosphère, le climat et la santé. L’institut a accueilli des scientifiques renommés tels que les prix Nobel Richard Willstätter, Otto Hahn et Paul Crutzen.