Ministère de la Santé de l’État d’Hawaï
Tout comme ils prenaient en charge Backup Exec, les systèmes DXi et leur technologie de réplication sont compatibles Veeam. Ils permettent d’utiliser facilement une même appliance pour différentes applications.  

 

- Steve Sakamoto
Analyste senior en systèmes de traitement des données, DOCD

Avec Veeam et le DXi, le ministère de la Santé d’Hawaï trouve un remède à ses problèmes de sauvegarde et de restauration des VM

La division DOCD (Disease Outbreak Control Division) surveille les maladies infectieuses dans l’État d’Hawaï et s’emploie à empêcher leur propagation. Les données qu’elle collecte revêtent donc une importance capitale et leur protection constitue une priorité majeure.

« Il y a plusieurs années, la protection de nos données était exclusivement assurée par des bandes », raconte Steve Sakamoto, Analyste senior en systèmes de traitement des données pour DOCD. « Lorsque notre fenêtre de sauvegarde a commencé à déborder sur le jour suivant, nous avons ajouté des appliances de déduplication pour bénéficier de la vitesse de sauvegarde sur disque. Nous avons débuté avec l’un des premiers modèle DXi de Quantum. Nous en avons été tellement satisfaits que nous sommes ensuite passés au modèle de nouvelle génération. Les opérations de sauvegarde et de restauration reposaient désormais sur le DXi, mais nous avons continué à utiliser Backup Exec pour créer des bandes que nous transférions hors site pour la reprise après incident. La création des bandes avait lieu en dehors de la fenêtre de sauvegarde, mais nous espérions pouvoir réduire le temps d’administration ainsi que les coûts de gestion de tous ces médias. »

À la recherche d’une alternative : reprise après incident automatisée

L’équipe DOCD s’est à nouveau adressée à Quantum et à son revendeur et intégrateur local de longue date, Technology Integration Group, pour savoir s’il était possible de répliquer quelque 4,5 To de données de sauvegarde, tout en respectant les exigences de rétention, à l’aide de la seule appliance de déduplication sur disque DXi. La réponse fut « oui » aux deux questions.

« Nous gérons des informations importantes, comme des bases de données d’épidémiologie et de vaccination, des courriers électroniques et diverses études, mais nous ne stockons aucun dossier patient, si bien que nos besoins en rétention des sauvegardes sont généralement limités à douze mois », déclare Steve Sakamoto. « Les excellents résultats du DXi en matière de déduplication (plus de 95 % de réduction) nous ont permis de conserver les données sur disque à deux emplacements pendant douze mois sans grever notre budget. Grâce au taux de déduplication élevé, nous avons aussi pu répliquer les sauvegardes quotidiennes sur le WAN. »

Solution : un second DXi

L’équipe a ajouté une appliance DXi4700 en tant que cible de réplication sur un second site distant.

« Le déploiement s’est incroyablement bien déroulé », se souvient Steve Sakamoto. « Le plus gros du travail a consisté à… copier les données de sauvegarde sur le nouveau DXi. L’opération terminée… nous avons commencé la réplication quotidienne sur le WAN de l’ensemble de la sauvegarde. Le système est tellement efficace que la procédure n’a aucun impact sur le trafic réseau normal.

« Dans le même temps, Quantum a fait un travail formidable en formant notre équipe au fonctionnement du système et en lui expliquant comment tirer au mieux parti de la réplication. Cette aide nous a été précieuse et a facilité la transition. Désormais, nous pouvons effectuer les sauvegardes et la reprise après incident sur les deux systèmes DXi. L’opération est rapide et la reprise après incident n’exige aucune gestion de notre part. Les deux systèmes étant en outre très évolutifs, nous savons que nous pourrons augmenter la capacité pour prendre en charge nos volumes croissants de données. »

Protection simplifiée des VM grâce au logiciel Veeam et au DXi

Pour la division DOCD, le changement de stratégies de reprise après incident était d’autant plus complexe que l’équipe informatique avait considérablement intensifié son recours à la technologie VMware et avait entamé une transition majeure vers un nouveau logiciel de sauvegarde.

« Juste avant de décider d’accroître notre utilisation des appliances DXi, notre pourcentage de serveurs virtualisés avait nettement augmenté », poursuit Steve Sakamoto. « Dans le cadre du processus, nous avons par ailleurs ajouté un nouveau logiciel de sauvegarde, Veeam, pour la sauvegarde VMware.

« Avec le recul, je réalise que nous avons réalisé de grands changements dans un laps de temps très court, mais tout s’est bien passé. Tout comme ils prenaient en charge Backup Exec, les systèmes DXi et leur technologie de réplication sont compatibles Veeam. Ils permettent d’utiliser facilement une même appliance pour différentes applications. La fonction de partitionnement du DXi s’est révélée tout particulièrement importante. Grâce à elle, nous pouvons présenter le DXi en tant que librairie virtuelle (VTL) aux logiciels qui requièrent une librairie, et en tant que partage NAS aux logiciels qui ont besoin d’écrire sur cette interface. Ces deux types d’applications sont ainsi utilisables avec un même DXi, les deux pouvant recourir à la réplication pour la reprise après incident. »

Combinaison de l’archivage et de la sauvegarde

La possibilité de présenter une partie de la capacité du DXi en tant que partage NAS nous a en outre permis de trouver un nouvel usage au système.

« Nous étions confrontés à un problème de plus en plus pressant : où stocker les anciens fichiers importants qui n’étaient cependant plus activement utilisés », ajoute Steve Sakamoto. « Non seulement ils occupaient un espace de stockage coûteux sur nos systèmes de fichiers, mais nous devions en plus assurer leur sauvegarde. Nous avons réalisé que nous pouvions résoudre le problème à l’aide du DXi. Nous avons configuré une partition DXi en tant que partage NAS et y avons tout simplement transféré les anciens fichiers à des fins d’archivage. Éliminés des systèmes de fichiers, ils n’avaient plus à être gérés ni sauvegardés, mais restaient accessibles chaque fois que nous avions besoin de les réactiver. Nous avions même la possibilité de répéter l’opération sur le second système hors site. Notre système de sauvegarde DXi nous offre ainsi une fonction d’archivage extrêmement utile. »

Produits utilisés

Principaux avantages

  • La sauvegarde sur disque DXi raccourcit la fenêtre de sauvegarde pour la prise en charge de volumes croissants de données
  • La déduplication réduit de plus de 95 % les besoins en espace disque et en bande passante, garantissant une durée de rétention de 12 mois ainsi que la réplication sur le WAN
  • La réplication automatisée assure la protection quotidienne des données et une reprise après incident sur disque étendue, rendant inutile la gestion de médias amovibles
  • La fonction de partitionnement du DXi, de même que les différentes interfaces, permettent au département informatique de prendre en charge à la fois Veeam et Backup Exec sur une même appliance
  • Le DXi assure une évolutivité à la demande qui permet d’étendre la capacité en fonction de la croissance des données
  • L’interface NAS du DXi prend en charge l’archivage

À propos de la division DOCD

La division DOCD (Disease Outbreak Control Division) du ministère de la Santé d’Hawaï est chargée de surveiller, d’investiguer, de prévenir et de maîtriser les maladies infectieuses dans l’État d’Hawaï, que ce soient celles évitables par la vaccination ou celles transmissibles par contact avec des voyageurs, et de s’assurer de la capacité d’Hawaï à faire face aux situations d’urgence qui menacent la santé publique. DOCD veille à maintenir des relations pérennes entre le ministère de la Santé et d’autres partenaires, comme les laboratoires, les hôpitaux, les écoles, les organismes d’intervention d’urgence, les organismes privés et les forces armées.